Développement et l’optimisation des performances de la filière arachide : la recherche au cœur du processus
Mardi 20 Février 2018
  • Première Edition: Journées Scientifiques de l’ISRA
  • Bonne et heureuse année 2018 ...
  • ISRA - KOPIA Jardin de démonstration
  • Amélioration et développement de la recherche au Sénégal
  • Voir le film documentaire sur le riz contre saison et pluvial au CRA de Saint-Louis et le CNRA de BAMBEY.
  • 18ème édition de la FIARA

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

PRESENTATION & OBJECTIFS
+ En savoir plus
RECHERCHES & RESULTATS
+ En savoir plus
CENTRES DE RECHERCHES
+ En savoir plus

Zones écologiques

Fil d'actualité

Développement et l’optimisation des performances de la filière arachide : la recherche au cœur du processus

L’arachide est une spéculation agricole importante, en ce sens qu’elle représente plus de la moitié des cultures et concerne environ les 2/3 de la population sénégalaise.Aussi, elle occupe une place importante dans le régime alimentaire des familles. Ses sous-produits comme la fane sont également utilisés pour l’alimentation du bétail. Sous ce rapport, elle constitue la principale source de revenus monétaires des ruraux. Et par conséquent, peut contribuer largement à relever les défis pressants des pouvoirs publics sénégalais que sont la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la lutte contre la pauvreté rurale et l’agriculture durable à travers le PRACAS qui cible dans un premier temps quatre filières prioritaires parmi lesquelles celle de l’arachide dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE). Malgré le redressement noté dans la filière arachide depuis quelques temps, le Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER) compte accélérer le processus. Pour ce, il mise sur le renforcement du cadre d’incitation, la résorption du déficit de productivité et le repositionnement du Sénégal sur les marchés d’exportations, profitant des opportunités qu’offre la Chine, principale importatrice et consommatrice de produits arachidiers dans le monde.

 

Une note d’orientation pour le développement et l’optimisation des performances de la filière a été validée à cet effet à l’issue de l’atelier du 12 décembre 2017 au Pôle de Recherche de Hann (PRH).  A cette occasion, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural qui présidait la cérémonie d’ouverture, a demandé aux acteurs privés et étatiques de relever 10 défis pour parvenir au décollage de la filière. Pour Dr Papa Abdoulaye SECK, il urge aussi de créer des systèmes d’innovation à base d’arachide avec l’excellence comme maître-mot. Il a ainsi invité les acteurs du secteur à se servir des résultats de la recherche pourdonner un futur radieux à la filière« La recherche a mis au point beaucoup de variétés adaptées à nos différents écosystèmes. Il faut graduellement changer nos variétés actuelles pour les rendre plus performantes. Il faut aussi que nous respections les itinéraires définis par la recherche. Et c’est tout cela qui va permettre de garantir une qualité sanitaire et phytosanitaire irréprochable, d’augmenter la productivité et aussi d’étaler la production dans le temps et dans l’espace », a-t-il indiqué.Tout en estimant qu’il est important de penser à la reconstitution du capital semencier pour espérer un différentiel positif de la productivité de 20 à 40 %, grâce à un remplacement de la dynamique des semences écrémées par des semences certifiées. La préservation et la fortification du tissu industriel, l’exploitation optimale des avantages comparatifs sur les marchés internationaux, restent également un challenge pour les pouvoirs publics.  Tout comme le recentrage des interventions de l’Etat sur ce qui doit relever de ses fonctions régaliennes. « Il faut un désengagement graduel de l’Etat des activités de transformation. Cela signifie une privatisation réussie de la SONACOS. Réussie parce qu’intégrant les intérêts des acteurs, mais aussi ceux de toute la nation sénégalaise », a-t-il précisé dans ce sens. A l’en croire, l’augmentation de la part d’huile d’arachide dans la consommation d’origine reste aujourd’hui une priorité. En procédant à la clôture de cet atelier, le secrétaire Général du MAER, Dr Dogo SECK a réaffirmé l’engagement du ministre à redonner à la filière son lustre d’antan. Tout en saluant la qualité des travaux de cette rencontre.   

La directrice des Opérations de la Banque mondiale au Sénégal, Louise CORD, estime pour sa part que le document se donne des objectifs ambitieux et met en place une stratégie dont la mise en œuvre est porteuse d’espoir pour la relance durable de la filière. Parmi les mesures proposées, les suivantes lui semblent être d’une grande portée économique et sociale. Il s’agit, notamment, de la mise en place de mécanismes de réduction et de gestion des risques de production et de marché source de grande volatilité de la production et de revenus des producteurs. La rationalisation des subventions de l’Etat à la filière et la re-focaliation des interventions du gouvernement dans ses fonctions, en favorisant l’éclosion du secteur privé sur toute la chaîne de valeur, afin de soutenir la transformation économique bien portée au SENGAL.

 

 

 

 


Infos générales

Recherches en cours
Les parutions de l'ISRA
Isra sur facebook
Achives Réseaux sociaux Recevez la lettre d'information SUPPORTS ET RESSOURCES
Gardez le fil RSS
Facebook
Twitter
Viadeo

Soyez les tous premiers à recevoir les résultats de nos recherches, à bénéficier de nos publications...

Restez connectés

 
 

Toutes les ressources
regoupées ;présentées par théme ;en pdf; Word


http://toponitech.com/isra/templates/isra1/images/isra_7_1.jpg