Agro-écologie: une solution pour la transition des agricultures au Sud? Le CIRAD invite le Directeur Scientifique de l’ISRA à la réflexion
Mercredi 19 Septembre 2018
  • 10th International Conference of the Peanut Research Community.
  • L’ISRA AU SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE 2018
  • ISRA - KOPIA Jardin de démonstration
  • Amélioration et développement de la recherche au Sénégal
  • Voir le film documentaire sur le riz contre saison et pluvial au CRA de Saint-Louis et le CNRA de BAMBEY.
  • 18ème édition de la FIARA

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

PRESENTATION & OBJECTIFS
+ En savoir plus
RECHERCHES & RESULTATS
+ En savoir plus
CENTRES DE RECHERCHES
+ En savoir plus

Zones écologiques

Fil d'actualité

Agro-écologie: une solution pour la transition des agricultures au Sud? Le CIRAD invite le Directeur Scientifique de l’ISRA à la réflexion

En marge du Salon international de l’agriculture de Paris, édition 2018,  l’AFD et le CIRAD, ont co-organisé une conférence internationale sur  l’Agro-écologie, le lundi 26 février 2018  dans le pavillon du Parc des Expositions. Il s’agit d’une contribution pour satisfaire les besoins alimentaires et économiques des communautés rurales et urbaines en perpétuelle croissance, de préserver les ressources naturelles et de s’adapter au changement climatique. L’objectif de la conférence est d’apporter une réponse à la question suivante : « L’agro-écologie peut-elle représenter une alternative économiquement et socialement viable par rapport aux modèles conventionnels d’intensification de l’agriculture? ». L’ISRA a été invité à faire une communication sur : "l’Agroécologie en Afrique de l’Ouest et au Sahel". En l’absence du Directeur Général empêché, le Directeur scientifique Dr El Hadji TRAORE, a fait l’exposé. M. Traoré  a dans son introduction situé d’abord les frontières du Sahel sur le double plan géographique et étatique comme un ensemble qui regroupe des Etats de l’Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est. Il a ensuite rappelé l’importance de l’agriculture qui est un élément central de l’économie ouest-africaine avec 30 à 50 % du PIB pour la plupart de ces pays et un moyen de subsistance de 70 à 80 % de la population.

Cependant, cette agriculture est essentiellement dominée par les petites exploitations familiales, avec une performance particulièrement faible et une production per capita en chute continue. L’élevage y est également d’une importance stratégique majeure pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et un moyen de subsistance qui contribue pour 30 à 50% au PIB agricole. Or, comme l’agriculture, il est caractérisé par une faible productivité, une conduite  essentiellement extensive avec un sous-secteur qui cependant, exploite des races rustiques, adaptées. La surexploitation des ressources halieutiques n’est pas en reste selon lui, malgré une côte maritime réputée poissonneuse de certains pays sahéliens comme le SENEGAL. Des cours d’eau existent dans l’interland, mais sont menacés d’assèchement et de pollution. L’exploitation forestière est incontrôlée et est sujette à diverses agressions. À cela, s’ajoutent la régression des terres cultivables combinée à un contexte de changement climatique, caractérisé par une baisse de la pluviométrie et des rendements. Or, les activités agricoles doivent permettre de satisfaire une demande de la population sans cesse croissante. À la question fondamentale objet de cette conférence, Dr TRAORE a apporté quelques réponses. Selon lui, la recherche dans le domaine de l’agro-écologie peut contribuer de manière significative à trouver des solutions grâce au développement de technologies sur la matière organique des sols pour une intensification durable ; à la formation des producteurs aux pratiques agronomiques et agroforestières prometteuses face aux effets des  changements climatiques ; et à la valorisation des substrats organiques par méthanisation, pour la production d’énergie et de fertilisants organiques… Pour conclure, Dr TRAORE a insisté sur la nécessité d’améliorer la productivité agricole par l’utilisation des variétés adaptées aux conditions environnementales, par une amélioration des systèmes de récoltes et de stockage. Il a également appelé à la sensibilisation et la formation des producteurs à l’usage  des outils TIC pour l’accès à l’information climatique afin de minimiser les incertitudes et de réduire les pertes et les risques. « Il faut être résilient, s’adapter pour ne pas disparaitre. » dira-t’ il à la fin de son exposé.


Infos générales

Recherches en cours
Les parutions de l'ISRA
Isra sur facebook
Achives Réseaux sociaux Recevez la lettre d'information SUPPORTS ET RESSOURCES
Gardez le fil RSS
Facebook
Twitter
Viadeo

Soyez les tous premiers à recevoir les résultats de nos recherches, à bénéficier de nos publications...

Restez connectés

 
 

Toutes les ressources
regoupées ;présentées par théme ;en pdf; Word


http://toponitech.com/isra/templates/isra1/images/isra_7_1.jpg