Les bénéficiaires directs des résultats de l’ISRA sont les exploitations agricoles familiales (EAF), les professionnels de la pêche et de l’aquaculture. Sont également concernés les PME (transformateurs et transformatrices), le secteur privé notamment les agrobusiness dont les exportateurs, les membres des groupements partenaires de la recherche et des services compétents (les femmes, les hommes et les jeunes), Les Bénéficiaires indirects sont l’’administration publique et décideurs privés: les institutions d’enseignement et de recherche du Sénégal et de la Sous-région, les institutions de développement (PTF).

Dans une perspective de transfert des résultats pour améliorer les conditions de vie et de travail des populations, le choix des groupes cibles est motivé par leur sensibilité aux risques économiques et à leur exposition aux risques climatiques. Il est admis que les femmes et les jeunes des zones rurales sont bien les groupes les plus vulnérables aux risques sociaux, économiques et aux impacts des changements climatiques. En outre, elles sont en charge de la collecte de bois et de l’approvisionnement en eau. Le changement climatique constitue un facteur aggravant de la pauvreté, de la persistance de la disparité genre. Il est important, voire indispensable pour ces populations vulnérables de s’approprier à la fois les technologies d’adaptation et les stratégies appropriées pour un développement humain durable. Parmi ces bénéficiaires, l’attention sera portée sur les groupes les plus vulnérables, mais également sur ceux qui apportent de la plus-value aux efforts de recherche à savoir les producteurs/éleveurs émergeants.


SUIVI-ÉVALUATION :

Le suivi-évaluation sera un outil d’aide à la décision pour les différents responsables concernés et à différents niveaux. Il formulera, si nécessaire, des recommandations susceptibles d’améliorer à la fois les dimensions opérationnelle et stratégique du PSD. Il veillera également à la mise en œuvre des recommandations formulées.

Le suivi

Le suivi, qui est un processus continu, comportera deux volets : i) le suivi de l’exécution et ii) le suivi des résultats. Le suivi de l’exécution mettra l’accent sur la réalisation des activités et les écarts par rapport au planning. Quant au suivi des résultats, il consistera à apprécier l’évolution des indicateurs du cadre de mesure de rendement (CMR) pour déterminer les tendances sur les progrès réalisés. Il mettra à disposition des informations utiles pour accompagner l’évaluation au moment opportun. Le suivi sera réalisé par la Direction scientifique avec l’implication de tous les centres, unités et laboratoires concernés par la mise en œuvre des programmes.

L’évaluation

L’évaluation va se faire à deux niveaux, interne et externe. Au niveau interne, il s’agit de l’auto- évaluation, qui sera annuelle et réalisée de manière participative avec toutes les parties prenantes. Pour ce qui concerne l’évaluation externe, qui sera confiée à un indépendant, elle sera réalisée à mi- parcours, c’est-à-dire à la troisième année d’exécution du PS, et à la dernière année (l’évaluation finale). Les évaluations — qui permettront de juger de la pertinence, de l’efficacité, de l’efficience et de la durabilité des interventions dans le cadre du PSD — apporteront, si nécessaire, les ajustements adéquats, pour améliorer les stratégies déjà identifiées ou de définir de nouvelles stratégies pouvant alimenter le prochain PSD de l’ISRA.

Par ailleurs, un système de suivi-évaluation sera mis en place et opérationnalisé à la première année de mise en œuvre du PSD. Dans ce cadre, un manuel, qui va traiter de manière plus détaillée les éléments essentiels au suivi-évaluation, sera élaboré. Ce manuel abordera, entre autres, les procédures de collecte et de traitement de données ainsi que les responsabilités et la communication au moment opportun des informations utiles à la prise de décision.

ACTUALITÉS RÉCENTES