PRIORITE DE LA RECHERCHE :

L’ISRA a toujours travaillé sur des recherches prioritaires pour le Sénégal et qui sont consignées en partie sur l’état des lieux dressé au cours des dix dernières années. Les problématiques abordées restent d’actualité, surtout dans le contexte de changement climatique.

Ainsi, trois grandes priorités de recherche en lien avec la demande de recherche formulée par les utilisateurs ont été retenues dans ce plan stratégique :

— le renforcement de la productivité pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle :

Le défi de la production en quantité et en qualité est grandissant. Les travaux de recherche au cours des prochaines années accorderont une place de choix à la recherche fondamentale par la sélection variétale, la biotechnologie, à la recherche appliquée/recherche-développement par la gestion de la fertilité des sols, l’amélioration de la santé et des productions animales, halieutiques et aquacoles, la gestion et la gouvernance des ressources naturelles (avec un accent sur le foncier), la gestion des ravageurs, la gestion des pertes post-récolte…

— les changements climatiques et les mesures d’atténuation de leurs impacts :

Les variabilités climatiques compromettent nos systèmes de production et impactent négativement sur la compétitivité de notre agriculture. De plus, les producteurs, en dépit des stratégies endogènes qu’ils développent, restent vulnérables face aux changements climatiques. Les recherches, susceptibles de mitiger les effets des changements climatiques, seront intensifiées au cours des prochaines années pour simuler des scénarios dans le moyen et le long terme afin de proposer des pratiques agricoles adaptées, rentables et protectrices de l’environnement. Ces stratégies devront ainsi s’inscrire dans les dispositions mises en place dans le cadre des Objectifs de développement durable.

— la professionnalisation des filières :

Face aux mutations socio-économiques du monde, dans un contexte de globalisation des échanges, les filières agricoles sont appelées à s’adapter aux exigences des marchés nationaux et internationaux. Les recherches à inscrire dans ce plan stratégique viseront une meilleure professionnalisation des filières en améliorant les circuits de transformation, de distribution, de commercialisation, mais aussi en optant pour des politiques agricoles sensibles à la compétitivité des filières. Ces dispositions sont gage de sécurité alimentaire et nutritionnelle.


LES OBJECTIFS STRATEGIQUES :

De ces lignes de forces stratégiques, nous dérivons des objectifs stratégiques de deux ordres : un objectif stratégique visant les dispositions institutionnelles et organisationnelles et trois objectifs stratégiques pour l’atteinte des résultats scientifiques :
1. Contribuer à l’amélioration des performances, de la résilience et de la durabilité des systèmes de production.

2. Contribuer à la transformation durable de l’Agriculture sénégalaise à travers
l’accompagnement continu des exploitations Agricoles.

3. Contribuer à l’amélioration de la prise de décision et de la planification, et à l’appropriation des résultats de la recherche Agricole.

4. Renforcer le leadership de l’ISRA en matière de création de connaissances scientifiques dans la recherche Agricole.


LES AXES STRATEGIQUES :

Ces dernières années, deux slogans révélateurs d’une prise de conscience collective ont été affichés : « Nourrir le monde et préserver l’environnement » en 2014 pour l’année internationale de l’agriculture familiale, « Feeding Africa (Nourrir l’Afrique) » et en 2015 à la conférence de haut niveau à l’échelle africaine organisée par la Banque Africaine de Développement (BAD). Les transformations nécessaires pour faire de l’agriculture un moteur de croissance y étaient débattues, et elles concernent les leviers à mobiliser pour accroître les performances agricoles de manière durable et équitable. Ces évènements et les mots d’ordre qu’ils véhiculent, témoignent de dynamiques de transformations à la fois internes aux exploitations agricoles (familiales ou industrielles) et propulsées de l’extérieur par les gouvernements, le secteur privé et la société civile. Au regard de cet état de fait et du diagnostic établi, trois axes stratégiques scientifiques (axes 1, 2 et 3) et un axe stratégique d’accompagnement sont dégagés (axe 4) :

1. Promotion de systèmes de production performants, résilients et compétitifs
et durables

2. Transformation de l’Agriculture et accompagnement durable des exploitations familiales et agro-industries

3. Veille, prospective et valorisation

4. Développement des capacités et consolidation du partenariat

Les axes stratégiques proposés s’intègrent dans les différents axes du Plan Sénégal Émergent et de son volet agricole, le PRACAS. Les objectifs du PRACAS pour une agriculture diversifiée, compétitive et durable, capable de nourrir le Sénégal et les Sénégalais s’inscrivent dans l’axe du PSE relatif à la transformation structurelle de l’économie et la croissance. Le Sénégal attend de son secteur agricole davantage de productivité par une intensification durable des systèmes de production. Les axes 1 et 2 du plan stratégique de l’ISRA tentent de répondre à ce besoin de développement agricole harmonieux. Ils promeuvent des systèmes de production performants, résilients compétitifs et durables ainsi qu’une transformation de l’Agriculture et accompagnement durables des exploitations familiales et agro- industries.

Une recherche agricole performante et qui s’adapte aux mutations demeure une recherche résolument tournée vers les besoins futurs de ses bénéficiaires. Les multiples changements globaux, particulièrement les changements climatiques et un commerce international marqué par des tensions récurrentes sur les prix et sur les politiques interpellent la dimension veille et prospective de la recherche. Il s’agit de s’adapter ou de disparaitre, au meilleur des cas, d’être laissé en rade. L’ISRA inscrit ainsi un axe stratégique (axe 3) sur la veille, la prospective et la valorisation. Cet axe est également largement en conformité avec les attendus du PSE dans sa dimension « transformation structurelle de l’économie et la croissance ».

Le Développement des capacités et la consolidation du partenariat reconnus par l’ISRA comme un pilier fort permet de répondre au double défi de la reddition mais aussi de la capacitation de son personnel scientifique, administratif et technique. Il s’agit d’un axe à fort enjeu orienté vers le capital humain et la gouvernance. Cet axe stratégique regroupe les recommandations issues des deux derniers axes du PSE, en l’occurrence le «Capital humain, Protection sociale et Développement durable» et « Gouvernance, Institutions, Paix et Sécurité ».


SUIVI-ÉVALUATION :

Le suivi-évaluation sera un outil d’aide à la décision pour les différents responsables concernés et à différents niveaux. Il formulera, si nécessaire, des recommandations susceptibles d’améliorer à la fois les dimensions opérationnelle et stratégique du PSD. Il veillera également à la mise en œuvre des recommandations formulées.

Le suivi

Le suivi, qui est un processus continu, comportera deux volets : i) le suivi de l’exécution et ii) le suivi des résultats. Le suivi de l’exécution mettra l’accent sur la réalisation des activités et les écarts par rapport au planning. Quant au suivi des résultats, il consistera à apprécier l’évolution des indicateurs du cadre de mesure de rendement (CMR) pour déterminer les tendances sur les progrès réalisés. Il mettra à disposition des informations utiles pour accompagner l’évaluation au moment opportun. Le suivi sera réalisé par la Direction scientifique avec l’implication de tous les centres, unités et laboratoires concernés par la mise en œuvre des programmes.

L’évaluation

L’évaluation va se faire à deux niveaux, interne et externe. Au niveau interne, il s’agit de l’auto- évaluation, qui sera annuelle et réalisée de manière participative avec toutes les parties prenantes. Pour ce qui concerne l’évaluation externe, qui sera confiée à un indépendant, elle sera réalisée à mi- parcours, c’est-à-dire à la troisième année d’exécution du PS, et à la dernière année (l’évaluation finale). Les évaluations — qui permettront de juger de la pertinence, de l’efficacité, de l’efficience et de la durabilité des interventions dans le cadre du PSD — apporteront, si nécessaire, les ajustements adéquats, pour améliorer les stratégies déjà identifiées ou de définir de nouvelles stratégies pouvant alimenter le prochain PSD de l’ISRA.

Par ailleurs, un système de suivi-évaluation sera mis en place et opérationnalisé à la première année de mise en œuvre du PSD. Dans ce cadre, un manuel, qui va traiter de manière plus détaillée les éléments essentiels au suivi-évaluation, sera élaboré. Ce manuel abordera, entre autres, les procédures de collecte et de traitement de données ainsi que les responsabilités et la communication au moment opportun des informations utiles à la prise de décision.